• Il était temps

    Oui, bien temps que l'on arrête de faire les gros yeux ou de nous esclaffer quand on voit des huluberlus enlacer un arbre dans un parc.

    Parce que la science, notre croyance moderne, est factuelle. Lente mais évolutive.

    Aujourd'hui, le fait que la conscience et l'empathie ne soient pas des capacités uniquement partagées par les êtres humains est devenu une vérité qui choque ou amuse les gens. Mais les révélations contenues dans ce reportage d'"Envoyé Spécial" ne font que revenir à des savoirs anciens et avérés.

    Les journalistes nous emmènent au Japon pour nous émerveiller de ce que leur religion ancestrale avait déjà perçu de toutes ces réalités naturelles.

    C'est bien, ça fait le pont entre le shintoïsme et les recherches de professeurs nippons, le procédé est habile.

    Mais il eut été aussi, peut être, extrêmement important de raviver la mémoire celtique de nos ancêtres gaulois qui suivaient un calendrier astrologique de 12 mois constitué non pas de Lion ou de sagittaire mais bien de chênes, d'ifs et autres essences aux propriétés connues depuis la nuit des temps par les druides.

    Car contrairement à ce qu'affirme le sympathique chercheur français au début du document (que je salue au passage pour son magnifique travail), NON, la civilisation occidentale n'a pas démarré avec ces nihilistes de romains qui ont épuré l'Europe des anciennes civilisations. Des recherches récentes démontrent que la civilisation celte était bien aussi avancée que la romaine mais avec l'avantage de vivre en harmonie avec la nature.

    Et le savoir perdu des puissances de la nature et de son osmose avec le peuple humain valait bien quelques colisés ou autres aqueducs...

    Le capitalisme que nous connaissons aujourd'hui est un pur calque de celui inventé par les romains et nous en connaissons aujourd'hui le prix exorbitant, le tribut terrifiant que la planète et ses enfants ont payé.

    Il est temps. Temps de nous reconnecter à nos racines, celles qui nous lient à nos vrais ancêtres d'avant Alésia et à nos cousins les arbres.

    Quelqu'un me prend pour un illuminé ? Regardez jusqu'au bout ce reportage.

    Les convictions de celui-ci éclateront comme les bulles de ses pêts nauséabonds à la surface de son bain pourri de perturbateurs endocriniens...

    En tous cas, je comprend maintenant pourquoi j'ai toujours répugné à abattre le prunier que ma femme réclame que je sacrifie depuis des années.

    C'est décidé, elle n'obtiendra jamais sa tête !!!

    « Je suis foutu
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :