• Greta Van Fleet - When the Curtain Falls - 2018

    Oui, vous avez bien lu : 2018 pour la chanson que vous êtes en train d'écouter !

    En effet, il existe encore des musiciens talentueux et respectueux des bonnes vieilles traditions du rock burné comme on l'a toujours aimé.

    Je dirais même plus, au risque (nan, en fait je n'en prend aucun) de m'avancer : Les GRETA sont le plus grand groupe de rock depuis les Guns'n'Roses.

    Houlala, ça va pas passer ça, je sais.

    Pourtant c'est un fait. Vous avez le droit de ne pas être d'accord, mais en fait je m'en fous... C'est décidé, c'est comme ça.

    Qu'on aime ou pas la musique de ce groupe, le fait est que les GRETA ne laissent pas indifférent.

    Même si globalement l'accueil est juste triomphal et extatique, quelques snobs ne peuvent s'empêcher de ruer dans les quilles, prétextant que le guitariste ne rentrera jamais dans le top ten des meilleurs guitaristes. Là, je ricane. Rappelez moi les ventes du dieu Steve Vai et de ses copains branleurs de manche surdoués. Ahah, c'te rigolade !!!

    Même chose pour les grincheux affirmant qu'on ne peut pas stagner comme ils le font et qu'il faut innover vaille que vaille...

    Comme si passer d'un chant mélodieux à un hurlement, puis à un growlement continuel (maintenant on fait growler de jolies jeunes filles pour donner l'impression de nouveauté) était une marque absolue de modernité.

    La course vers le toujours plus vite, plus fort a amené le monde là où il en est et si les politiques s'inspiraient des GRETA pour reprendre les vieilles formules qui ont fait leurs preuves par souci d'équilibre et d'efficacité, on en serait pas là. Bref.

    Soyons concis. Que ce soit en musique, en littérature ou en cinéma, rien ne se crée, tout se recycle. Star Wars est une resucée du seigneur des anneaux et les héros Marvel des dieux antiques.

    Voilà quelques semaines que le nouveau single des Greta est sorti pour nous faire patienter en attendant un album initialement prévu pour cet été.

    On sent que la thune rentre à flot et permet d'investir dans un plus beau package.

    Si le clip est encore plus léché,rassurez-vous les fringues du chanteur sont toujours aussi dégueulasses.

    Le malheureux a passé tout son talent dans ses cordes vocales et n'a plus aucune ressource pour affirmer son bon goût dans aucun autre domaine.

    Ne nous plaignons pas.

    J'ai attendu pour publier cette chanson pour deux raisons :

    La première, je voulais laisser ce nouveau son mûrir par crainte de la déception. Je suis rassuré, c'est une bombe.

    La deuxième... merde, je me rappelle plus.

    Bon, on s'en fout.

    Vous êtes vernis, je passerai sur les nombreux symboles, allégories et et autres prophéties contenues dans le clip...

    Allez, je raccroche, savourez !!!

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  • Unleash The Archer - Awakening

    Ben oui, souvent le power-métal est assimilé à un plat trop copieux restant longtemps sur l'estomac...

    Mais comme il s'agit de nos petites esgourdes, c'est plutôt bon signe qu'un air nous accroche durablement.

    Et moi cette tune m'obsède depuis quelques jours déjà.

    Ce groupe canadien a plusieurs atouts, une osmose palpable entre les zicos, une virtuosité qui n'a d'égal que le sens de la mélodie et des arrangements, une chanteuse fantastique dont il ont le bon goût de ne pas exploiter le joli minois ou les ravissants cuissots...

    Bref, du tout bon qui me ramène 25 ans en arrière quand Strap et moi rivalisions d'ingéniosité pour dénicher avant l'autre le nouveau poids lourd du métal.

    Ne vous inquiétez pas, si je ne vous signale pas que Brittney Slayes a la dentition la plus parfaite que j'ai jamais pu admirer vous ne risquez pas de faire une fixette au détriment de la musique... Ah ben merde. Bon démmerdez-vous.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • Aujourd'hui, une émission québecoise sympa sur le Bigfoot.

    Mais si, vous savez, le gars qui ressemble à Chewbacca sans l'arbalète laser et le faucon Millénium.

    Le bigfoot est censé être une évolution d'un hominidé entre l'homme et le singe (parent du Gigantopithécus) qui évoluerait dans les régions non habitées par l'homme et qui aurait des cousins au tibet (le yéti, relisez Tintin au Tibet, vous m'en dire des nouvelles) en sibérie où on l'appelle l'Almasty, etc...

    Des sommités comme Yves Coppens (le paléantologue français découvreur de Lucy et mégastar mondiale de sa discipline) ainsi que la primatologue Jane Goodall (filez sur sa page wikipédia, c'est une pointure) sont pratiquement convaincus de l'existence de ces cryptides (nom donné aux animaux non officiellement découverts par les zoologues).

    Ainsi le coelacanthe (poisson plus ancien que les dinosaures), le calmar géant (rematez le film de Disney "Vingt mille lieux sous les mers) et quelques autres bébêtes sont restés coincées dans la case cryptide des années voir des millénaires avant d'avoir pu être observés par des scientifiques.

    Bon, certes, après le monstre du Loch ness (fake), les soi-disants ovnis (pas fakes mais pas non plus extra-terrestres) et autres légendes, on est un peu échaudés.

    Pourtant, là avec le Bigfoot, on sent qu'on touche du doigt le numéro gagnant.

    Surtout qu'on a besoin d'un peu d'espoir vu qu'on nous rabâche à longueur de temps qu'on va tous crever parce qu'on a pas pris soin de l'environnement et que même notre bon vieux Nicolas Hulot a claqué la porte de désespoir...

    Pourvu qu'il ne fasse pas un geste regrettable comme Jacques Mayol (ancien recordman de plongée ayant inspiré Luc Besson pour le "Grand Bleu") et qui, très au fait de l'état réel des océans et de l'impact de leur mort sur la planète a préféré se pendre plutôt que de voir l'humanité sombrer.

    Oui, ça fait froid dans le dos...

    M'enfin, si l'être humain venait à disparaître, c'est pas les poulpes ou les fourmis qui reprendraient le flambeau...

    Le Bigfoot par contre...

    Seul autre hominidé à cumuler intelligence, pouce opposable et station debout...

    Bon, en tous cas, l'émission qui suit dure pas plus d'une demi-heure et les intervenant sont vraiment sympas.

    Détente assurée.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Surtout en musique classique !

    Mouais, cette intro-transition vaut pas un pet de lapin. Mais soyez indulgents, je me remet juste à poster.

    Aujourd'hui, je voulais partager avec vous deux morceaux diamétralement opposés d'un compositeur norvégien que j'adore.

    Dans le premier morceau, j'aime m'imaginer un drakkar avancer dans la brume avant qu'une fureur guerrière ne s'empare de ses occupants qui se déversent tel du métal en fusion sur une pauvre ville du sud de l'europe.

    Dans le second, le lyrisme romantique emporte tout dans une langueur mélancolique mais apaisante. Une pure merveille.

    Savourez...

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Disturbed - The Sound of Silence

    Deux mois sans article, c'est long...même pour moi. J'ai rongé mon frein, tellement de choses à dire, à partager. Allez, je me fais pardonner immédiatement avec une reprise absolument magnificente d'un groupe que je n'attendais pas sur ce terrain.

    David Draiman est un chanteur hors catégorie.

    Rien à dire de plus. Juste : enfoncez-vous bien dans votre fauteuil, baissez la lumière, montez le son de votre casque et savourez.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires